Merci Tica de m’avoir prêté ce film !

Alors ? Que dire à propos de ce film-documentaire-choc ?

Je ne vais pas paraphraser les propos du film : Al Gore est meilleur pour convaincre que moi.

Je dirai simplement que le film m’a fait réaliser ce que je sais déjà, mais que je préfère ignorer.

On est tous plus ou moins tentés par le dénie, non ?

Le film ne m’a pas choquée.. car malheureusement… mon inconscient le savait, tout ça (les preuves scientifiques en moins).

Al Gore et un homme politique MAIS :

Le problème du réchauffement climatique n’est pas un problème politique. Il va bien au delà. On ne pourra pas indéfiniment se protéger et expliquer notre lâcheté par le manque de prise de conscience et de mesure des gouvernements, de tous les gouvernement de tous les pays.

C’est un problème de conscience personnelle.

Chacun de nous doit réfléchir à ce problème grave seul avec sa conscience.

Il y a deux issues :

1/ On continue… on nie les faits… on pense qu’à nous et …qui vivra verra…

Après tout, l’apocalypse, on ne la verra pas… on la laisse aux générations prochaines !

2/ On accepte les faits :

On accepte le fait que le petit homme, si petit dans cet univers, a pris d’énormes risques, au péril de la survie de son espèce. On a l’humilité de se dire que l’on est rien, que le nature en furie est plus forte que nous tous (car on le sais, n’est ce pas ? ). On reste persuadés (il le faut) que la situation est grave.

Alors ? On se résigne ? Non !

On peut agir, malgré tout, mais agir vite. Le temps presse. Chaque jour de dénie est un jour de trop, un jour de plus qui nous mène vers l’irréparable.

Inexorable ?

Il faut garder l’espoir. Retrousser ses manches. Ne pas attendre que les politiques ouvrent le bal, mais l’ouvrir tous à notre petit niveau, par des gestes simples, mais aussi et surtout en prenant le relais d’Al Gore, de Nicolas Hulot, de Yann Arthus Bertran, de tous ces illuminés ? Non ! De tous ces précurseurs et annonciateurs. Les voilà, les messies des temps modernes.

Merde, c’est pas la foi qui sauvera l’humanité (si on a la naïveté de croire qu’elle peut encore être sauvée), ce sont ces mecs là… mais ils on besoin d’aide !

Agissons.

Par des gestes simples.

Par des pressions aux politiques.

Mais aussi par le partage des infos, comme Tica est en train de le faire sur sa blogosphère.

Seul, on en peut pas déplacer des montagnes, mais si on déplace nous même notre propre saut de terre quotidien, et si nous même on invite nos proches, on les incite même à déplacer eux aussi leur petit saut, alors peut être…

Une goutte d’eau dans la mer ? Qu’importe !

Une goutte d’eau fait bien déborder un vase parfois…

Alors cette goutte d’eau, ne la laissons pas filer ou bien elle fera déborder les océans et nous submergera tous.

Merci Tica

La goutte d’eau que tu m’a confiée a provoqué un ras de marée autour de moi