Sac à dos, de l’école, pour l’école…

Il chantait ça à tue tête Gaby depuis l’achat de son sac à dos.

L’école, c’était ce matin.

Levé tôt, petit dej’, la toilette, les habits (tout neufs), le sac à dos neuf, Franklin dedans, et hop…en voiture !

Papa était là pour assister à l’évènement.

Ah, j’oubliais : la petite photo…de rigueur !

On arrive.

On entre.

Problème.

Gabriel veut pas enlever son manteau, il veut pas mettre ses chaussons, il veut pas lâcher son sac.

Tant pis.

On va jouer.

Il veut pas lâcher Papa. Il veut les bras de Papa. Il a peur.

On s’assoit avec lui et on lit un livre. Il se détend. Il concède à poser son sac, mais il garde Franklin. Il garde ses chaussures, et son blouson.

On joue encore. On lui explique qu’on va devoir partir, qu’on reviendra le chercher tout à l’heure…

NON !

Ben si…

Je sens qu’on doit partir, mais Papounet n’ose pas le lâcher alors qu’il commence à flipper…

On va partir. Un bisou.

« Non, les bras de Papa ».

On fait comme on a dit. Un bisou, et on y va.

On sort et il hurle. La maîtresse doit le retenir en lui tenant la main.

A vrai dire ça me fait rien. Je me dit, en repartant, qu’il va s’habituer et que ça ira mieux…je me réjouis même un peu d’aller faire des courses avec un enfant seulement…

Papa, ça va pas !

Il est triste, le Papa.

Il pleure un peu, pour de vrai.

Ça lui a arraché son petit cœur de Papa…

Il est comme ça, leur Papa. Sa virilité passe après ses enfants…

Il pleure un p’tit peu en rentrant.

Heureusement qu’il l’a pas emmené tout seul, car il serait revenu avec ! Véridique !

Il part ensuite au travail en me rappelant qu’il va téléphoner à midi, pour savoir…

Midi.

On attend devant l’école. J’suis impatiente. Je pressens que tout n’a pas été…

(Au passage un Papa ma tape la causette pour me dire qu’il a des dons de rebouteux et qu’il sait avant Météo France quel temps il fera à Noël… y’a d’drôles de gens, par ici…)

Les enfants sortent.

Je vois la maîtresse.

Verdict :

Ça n’a pas été.

Il a pleuré.

Beaucoup pleuré.

Il a peur.

Il n’est jamais rassuré.

Il a pas joué.

Alors ?

Ben on ressaye demain, évidemment…

Alors ?

On ressayera même les jours d’après…

Dans la classe des tout petits (celle ou est Gaby) un autre enfant déjà ne vient plus à 8h50 mais à 10h, car il a du mal à s’adapter (il est entré lundi). Nous, on attend de voir, mais… peut être… ?

Manu a appelé direct. On venait de sortir.

Papa est triste. Il veut faire marche arrière. Peut être qu’un an encore à la maison ????

Chuuuut !

On essayera encore… on attend, c’est bien trop tôt !

Ah, ce Papounet…

J’ai déjeuné avec Gaby. On a parlé. Il a dit qu’il avait pleuré.

-         Pourquoi tu as pleuré ?

-                     Sais pas !

-                     Tu sais que Maman revient te chercher.

-                     Oui.

-                     Tu as eu peur ?

-                     Oui.

-                     Mais de quoi ?

-                     Sais plus…

Il est crevé. Je l’ai couché. Il dort à poings fermés.

Demain sera un autre jour, n’est ce pas ?

Bon, j’vous mets la photo, celle ou il avait encore la patate.

Le premier qui me dit qu’il ressemble à son père (et surtout les yeux) je le bloque à vie !

rentr_e1