Je peux bien me vanter de ne plus regarder la télé (sauf un coup d’œil de temps en temps sur Gibbs quand Manu regarde). Ça n’a pas toujours été le cas. J’ai été intoxiquée, accro, moi aussi.

Ce matin, dans ma voiture, j’écoutais vaguement une station de radio locale. Et puis la chanson a été diffusée. Une madeleine, vrai ! Tout est revenu en un éclair. J’ai été accro à une série télé américaine, moi ! Une fidele téléspectatrice qui attendait avec impatience la nouvelle saison et qui se consolait en regardant en boucle les saisons précédentes.

Une vraie drogue douce. J’ai vu chaque épisode au moins quinze fois, en VF, en VO, j’ai acheté quelques saisons, même. Une inconditionnelle de cette série qu’on adorait ou bien qu’on trouvait débile, c’était selon.

De 1996 à 2006, je les ai suivis. J’ai ri aux mauvaise blagues de Chandler Muriel Bing, j’ai été heureuse pour lui et Monica, j’ai prié pour que Ross et Rachel se marient, j’ai eu de la tendresse pour la bêtise de Joey et pour les frasques de Phoebe.

C’est pas humain, d’être prisonnière d’un tel engouement irraisonnable !

J’avais à peine quinze ans quand j’ai vu le premier épisode. Bon, j’ai regardé jusqu’à vingt quatre ans (et même encore maintenant il peut m’arriver de replonger…). Allez, on va dire que c’est l’adolescence !

J’ai converti Manu il y a six ans. Le samedi soir, je lui imposais (au début, parce qu’après il a aimé) Give me five, sur AB1. Cinq épisodes à la suite, de vingt deux minutes chacun. Deux heures de la même série, en boucle ! Un bonheur ! (Je sais, faut pas être tout à fait normale... J'assume!).

La série a été arrêtée. Bon ! (De toute manière je commençais à être trop vieille pour continuer à regarder et que ce soit normal…). Mais parfois, j’avoue qu’il m’arrive de me taper un petit épisode de temps en temps, quand je tombe dessus… Et honnêtement, le plaisir est toujours là.

Chaque épisode est une madeleine.

Pour le plaisir…