Je préfère vous prévenir à l’avance, au cas ou : aujourd’hui le billet est édulcoré de quelques petites indiscrétions. Oh, de toutes petites, hein ! Enfin, vous jugerez.

.

On entend parfois parler de baisse de libido dans le couple, et, conséquence inévitable, de baisse de fréquence des rapports sexuels.

On mets ça sur le compte du stress, de la fatigue, de la routine. Quoi d’autre ?

Moi, je me permets d’évoquer, pour mon cas, une toute autre raison. Involontairement, les responsables de notre frustration, ce sont nos enfants.

.

Ici, la porte de notre chambre n’est pas fermée. L’entrée ne leur a jamais été interdite. Ils sont petits, ils ont besoin de pouvoir venir se rassurer auprès de nous quand ils en éprouvent le besoin ou l’envie.

.

Cette pièce, dont j’ai changé tous les meuble l’an dernier, pour la rendre agréable, intime, familière, à mon goût, est devenue, petit à petit, plus fréquentée que la pièce à vivre. Surtout de nuit ! (Quoique la journée ils adorent également aller fouiner dedans ou jouer sur le grand lit).

.

Vous avez saisi ? Le problème ? Eh oui ! Ils se sentent chez eux dans notre chambre, et dans notre lit plus à leur aise que dans les leurs.

Sachez, pour vous donner un ordre d’idée, que nous dormons à quatre au moins deux nuits par semaine, et à trois à peu près quatre nuit par semaine (avec l’un ou l’autre , c’est selon). De nuit pour être seuls, il n’en reste qu’une. Et, en plus, comme on ne sait jamais laquelle, on reste toujours sur nos gardes.

.

Imaginez un peu ! Nous sommes adultes, nous sommes mariés, nous sommes chez nous, et nous devons nous comporter comme deux adolescents qui font des choses en douce. Nous devons user de ruses, et redoubler sans cesse d’imagination pour échapper aux petits inquisiteurs.

Dernière ruse en date : faire semblant de dormi, et puis se relever quand les enfants dorment profondément pour se réfugier ailleurs (avec la menace permanente que l’un d’eux se réveille et remarque notre absence. Et se lève pour nous chercher, bien évidement ! ).

Une autre astuce ? Se lever tôt, mais alors très tôt (Elisa est souvent debout à 7h) le week end ! Mouais…

.

Moi, je trouve ça parfois un peu amusant. Je dis à Manu que c’est comme si on était des amants dans la faute, pourchassés par leurs époux jaloux. C’est romantique, tout de même ! L’est pas de mon avis, Manu ! Il se lasse du scénario.

.

Alors, je lui rappelle les dimanche après midi de liberté (de liberté = lorsque nous n’avions aucun enfant) sur les bords de l’Huisne, dans les herbes hautes, toujours en train de vérifier que d’improbables promeneurs ne se trouvaient pas là.

Il trouve que les frissons, c’est bien mais juste lorsque ceux-ci sont calculés à l’avance. Et puis, question confort, y’a mieux, à son avis.

.

Le confort ? Je lui évoque les nuits d’été, lorsque, quand tout le monde était endormi, nous quittions, dans le noir complet, main dans la main, la maison familiale pour nous perdre à l’orée du petit bois voisin.

Justement, répond-il, lui qui a réponse à tout, ce sont des caprices sensés nous couper du quotidien, qui n’auront plus lieu d’être s’ils reviennent fréquemment , par obligation. Et puis, les chance d’être dérangés étaient nulles. Manu aime jouer mais juste lorsqu’il est sûr de gagner.

.

En vrai, il est pas content, Manu. Je le sens légèrement irrité. Je sens que si je ne réagis pas au plus vite il va finir par s’emporter, et vivement protester.

A mécontentement latent et frustrations répétées, forte contrariété.

Et, à forte contrariété, mesures sévères et censures prononcées.

J’le connais !

.

Ce serait bien triste qu’il interdise le lit aux petits. On en serait tous punis !

.

Heureusement, je crois avoir trouvé la solution pour calmer l’homme insatisfait. J’ai trouvé la chose sur une boutique en ligne. J’ai craqué. Je l’ai commandée. Elle est arrivée ce matin au courrier. Je n’ai rien dit à Manu. Il aura la surprise ce soir, à l’heure ou il ira se coucher..

.

Bon, ça ne découragera pas les enfants de venir, ils ne savent pas lire. En revanche, je sais que ça apaisera leur Papa. J’ai compris depuis longtemps qu’un peu d’humour avait pour effet de soulager ses colères.

.

Non, je ne suis pas rusée, je suis pacifiste.

housse_couette

.