C'est samedi. Donc tout le monde dort. Sauf moi. J'ai compris que pour différentes raisons, il fallait que je me lève lorsque j'étais réveillée, même si c'est avant 8h un jour de week-end. C'est pour mon bien. Disons pour mon bien-être.
Dehors tout est blanc. Je suis déjà sortie nourrir nos chats. Consignés au garage depuis qu'on a appris/compris qu'ils étaient dangereux pour l'asthme de Gaby. On ne les a ni donnés ni abandonnés. Ils restent dehors en journée, et on les rentre (s'ils le veulent) au garage la nuit. Ils ont des couvertures. Compromis entre la maladie de la petite personne et notre affection pour ces deux bêtes. Qui ne nous en tiennent pas rigueur puisqu'ils restent. Tout près. Des fenêtres, du jardin. Et Gabriel joue avec eux lorsqu'il joue dehors.

J'aime bien être seule le matin quand tout le monde dort encore. C'est un moment de répit. Avec trois enfants de 4 mois et demi à 8 ans... c'est rare. Cela me laisse le temps de ranger la cuisine gentiment, de boire un café calmement, d'aller donner à manger à mes chats (Enfin... Oscar n'est pas là, ce matin. Ou est-il?) en était la première à fouler la neige.
Et puis ça me laisse le temps d'écrire mon billet.

Hier, Manu est rentré par peur de la neige. Très tôt. Du coup, comme j'ai craint (à raison) que ça glisse sur les routes ce matin, je suis allée faire mes courses. Un vendredi après-midi. Sur un coup de tête. Imprévu. C'est une broutille évidement, quand on va bien. Mais quand on n'a plus pu aller en courses, puis quand on a pu y retourner soit le matin à 9h et seulement le matin à 9h, soit accompagnée, eh bien y aller seule un vendredi en début d'après-midi ce n'est pas si anodin que cela.

Je pense -mais je ne suis pas certaine que ce soit la raison- que j'ai rechuté un peu (il y a une dizaine de jours) parce que, me sentant confiance, j'avais pris trop d'aises avec les médicaments. Trop tôt. J'ai voulu aller trop vite dans le sevrage, espaçant mes prises, sautant un quart de comprimé, etc...
C'était trop tôt. J'ai été trop confiante alors que je commençais seulement à aller mieux.
J'ai repris la dose initiale, à heures fixes, et depuis ça va mieux.
Si ça dure ainsi c'est que c'était bien une des causes (entre autres).

Aujourd'hui les enfants sont certainement vouloir aller jouer dans la neige. Ils seront fatigués ce soir. D'une fatigue saine et revigorante. On aime beaucoup la neige.