Elisa en est à son quatrième jour de grippe, donc de fièvre. Elle reste vaillante à certains moment de la journée. La grippe est plus supportable pour un enfant en bonne santé que pour un adulte, dit le médecin. Mais c'est bien la grippe. Les vacances commencent mal pour elle. Nouveauté: elle refuse de venir dormir avec nous, pour la première fois en cas de maladie. Elle grandit...

Moi, j'ai bouclé hier ma quatrième semaine sans angoisses paralysantes. Bien sur, parfois, à certains moment de la journée, et pas tous les jours, il y a eu ce que j'appelle quelques « flottements ». Mais pas de crise ni de peur sévère.
Du coup je repars pour trois mois de traitement aux même doses sans diminuer. Le sevrage on verra plus tard... Si j'en ai pour 3 ans comme m'a prédit  le médecin au départ, inutile de précipiter une diminution.
Et puis 4 semaines, ça reste fragile...

Hier j'avais des invités. Pour la première fois depuis la naissance de Charles. Le matin j'ai fait les courses, la cuisine, mis la table. On a reçu nos invités. Et lorsqu'ils sont partis, vers 17h, j'ai donné le bain à Charles et entrepris de faire toute ma vaisselle, et ranger toute ma cuisine. Il y a quelques mois ça aurait été impossible. Les seules courses du matin m'auraient suffit pour toute une journée.

Aussi, même si je suis loin d'être guérie (je ne fréquente pas les magasins de fringues, etc..), je voulais conseiller à de jeunes mamans, si un jour elles arrivent par ici grâce à quelque mot clé, que si elles sentent, après leur accouchement, un trouble quel qu'il soit (angoisse, phobie, pleurs, peurs, désespoir, idées sombres, destructrices, et j'en passe) … qu'elles n'attendent pas, aillent consulter et acceptent de se faire soigner.
Ou en serais-je, moi, sans traitement adapté?

Il nous reste deux mois avant le déménagement. On ne part qu'à 4km et pourtant ils changeront beaucoup de choses dans mon quotidien.

Mon livre avance. Lentement mais surement.