Alors voilà, après avoir échangé quelques mails avec toi pour prendre des nouvelles, comme on dit, j’ai Googlelisé ton nom.
Un soir d’ennui.
Oh je savais à quoi m’attendre, mais le voir de mes propres yeux, j’avoue que ça reste impressionnant.

Alors voilà, tu as obtenu deux doctorats. Médecin et biologie.
Alors voilà, tu es médecin chercheur. Génétique et neurologie. Et puis maître de conférence. Et professeur à la faculté de médecine.
Alors voilà, j’ai vu tes videos, aussi. Tu es lauréat d’un prix prestigieux en recherche clinique.

Alors voilà, tu es quelqu’un. On est tous quelqu’un évidemment. Mais toi tu es quelqu’un pour beaucoup de monde. Un grand chercheur. Un grand médecin. Est-ce écrit « professeur en neurologie » sur la plaque de ton cabinet, dans ce grand chu ?

Alors voilà, j’ai regardé deux vidéos, et peu importe que tu y parles de ta thèse de neuro génétique. Pour moi tu es resté le même.

Alors voilà, je voulais te dire... que pour moi tu seras toujours ce gamin de seize ans qui m’aimait d’amour et que j’aimais tout autant. Celui qui m’a donné ce que l’on ne donne qu’une fois et réciproquement.

Alors voilà peut-être pourquoi l’on s’envoie des mails pour prendre des nouvelles depuis vingt ans.

Et nos pas sur le même chemin...