Un des enfants accueillis est parti chez son père jusqu’à dimanche. Gaby vole de ses propres ailes chez des copains ce week-end. Élisa passe la nuit chez son amie. Trois enfants en moins. Que faire de tout ce temps? C’est presque une opportunité.
Ce soir, je vais prendre un bain. Je mettrai de la musique. Douce. Une lumière légère. Des sels odorants. De l’eau très chaude. Pour rester longtemps.
Je pourrai bien verser trois larmes, qui s’anéantiront dans toute cette eau parfumée, enveloppante. Elles la réchaufferont même peut-être. Quoi de mieux que de verser des larmes qui chauffent et enrobent?
Ce soir, dans ce bain, je me ficherai de ce qu’il s’est passé hier, je me ficherai de ce qu’il se passera demain. Je serai en vie. Dans l’instant présent.