S’assoupir un instant. Dans un climat de confiance. Cesser de nager soudain, de se débattre, et plonger doucement, comme sombrer dans les fonds marins, ou se laisser dériver. 

Torpeur délicieuse, moi noyée en mes mers intimes. Et pourtant en pleine conscience de l’instant. 

D’une somnolence si légère que chaque bruit, chaque mot entendu reste compréhensible, fait l’effet d’un bercement doux. Seulement un peu plus de langueur d’esprit pour y répondre. 

Cet état apathique assoupit les douleurs passées et à venir, les quelques querelles, les légers différends. 

Nul risque, pourtant, pendant cet engourdissement, que la confiance, elle, ne s’assoupisse.