Je rêvais que j’etais debout, dans ma chambre, devant mon séchoir à linge. Je détendais bêtement  des draps et des serviettes, que je pliais ensuite consciencieusement pour les poser par piles sur mon lit. L’opération était répétitive, mais j’étais fort appliquée à ma tâche, dotée d’une concentration que je ne réserve jamais à ce genre de besogne morne.

Rien n’était grave. Je pliais du linge pour ma famille, et je n’en n’éprouvais ni ennui, ni impatience. 

Mes pensées étaient presque vides, et se focalisaient uniquement sur le pliage au carré. Parait qu’on appelle ça « la pleine conscience ». 

Je me suis réveillée sans trouble. Mais j’ai compris comme ma vie et mes rêves s’apprêtaient à redevenir monotones. 

Et mon cerveau s’y préparait, voilà tout.