05 décembre 2019

La groupie du pianiste

J’ai en ce moment demandé à mon application de musique de me faire écouter des chansons de Michel Berger en voiture. J’aime Michel Berger. Il fait partie de ceux dont j’admire les textes.   Je conduisais donc, lorsque, aléatoirement, je l’ai réécoutée. « La groupie du pianiste ». D’une oreille neuve, il me semble. Comme si je ne l’avais jamais vraiment entendue auparavant. Il m’a semblé que mes écoutes précédentes n’avaient été que superficielles et distraites. Aujourd’hui, sans doute parce que mon esprit ne se... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 17:52 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 novembre 2019

L’inévitable déception

  J’ai souffert d’une effroyable lucidité dernièrement. Une révélation cruelle. Je me suis aperçue, ou plutôt je le savais mais je l’ai intériorisé tout à fait, qu’aucune relation que j’entretenais n’était  vouée à durer longtemps (du moins a durer un hypothétique « toujours ») non seulement, mais aussi qu’elles avait toute quelque chose de très superficiel.  Tôt ou tard, l’inévitable déception se produit. Laquelle abîme ou détruit la relation, logiquement. J’écris « logiquement » car je... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 17:56 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 novembre 2019

Mon rapport à autrui

J’étais avec mes amies ce soir. Et, comme souvent, ma relative dureté en matière de rapports humains est revenue comme un comique de répétition. Comment donc devient-on (paraît-on) de plus en plus indifférente aux agressions, aux petits déboires, aux disputes, aux déceptions? Comment tout ce qui est de l’ordre des relations humaines peut glisser, et de plus en plus, sur moi ainsi?  J’ai tenté d’expliquer. Autant que j’ai pu. Je ne sais si j’ai été comprise, du moins en partie. Et je suis sincèrement surprise, au fond, que l’on... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 01:59 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 novembre 2019

Déséquilibre

Le week-end de trois jours m’a laissé un goût amer d’inconsistance. Ne rien faire de bien fécond me plonge toujours dans un certain mal-être, mélange de culpabilité et de dévalorisation de «moi », très désagréable. Je le vis comme un déséquilibre. Rien de ce qui participe à la satisfaction de moi n’y était, ou presque.  Aussi, dès lundi, j’ai voulu rééquilibrer le tout, afin de me retrouver. C’est à dire de me sentir utile ou d’occuper mon temps à ce qui me procure de l’agrément ou un sentiment de « faire quelque... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 15:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
12 novembre 2019

La grande autonomie

Il aura fallu une de ces belles crises de larmes, de celles qui surgissent, inopinées, incompréhensibles et sans motif réel. Celles-là, pourtant, sont les plus abyssales et agitatrices, tant elles bousculent et balayent tout. La crise a duré des heures et ne s’est arrêtée qu’à épuisement total de mes nerfs et de mes forces. Une purge totale et radicale. Qui a toujours une signification pour moi: faire le vide en soi pour se mieux reconstruire.  Mes larmes n’étaient pas du chagrin. Elles étaient ma liberté. Et elle coulait à... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 00:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
29 octobre 2019

Saturation

J’ai plusieurs billets en attente. Deux principalement: une critique de « L’écume des jours », et une réaction à un texte de HenryWar. Pour le premier, je suis bloquée à seulement quelques pages de la fin du roman. Et la lecture de ces dernières pages m’apparaît comme insurmontable pour le moment. Étrangement. C’est d’ailleurs assez pathétique.  Pour le second, je l’ai écrit, modifié, amélioré, et enfin j’ai décidé de le remiser afin de le reprendre plus tard. Il ne me convient pas. Je ne parviens pas à lui faire... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 13:48 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

25 octobre 2019

Rien

Ma douleur morale n’est pas intense, et je suis bien loin d’être sidérée, ce n’est  pas ça. Néanmoins, je me sens fatiguée. Sans raisons. Je n’ai de goût à rien, ces derniers jours. Mes projets sont en suspens. Étrangement. Je suis assez passive. Légèrement indifférente aux choses. Et irritable.  Ainsi, je lis peu. Souvent trop fatiguée le soir. Je ne manque pas de sommeil. Seulement, mon esprit est anémié. Et je n’écris pas non plus. Mon cerveau fonctionne au ralenti.  Superbe cocktail, quoi. Enviable, je... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 12:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 septembre 2019

Après deux crises

Je n’ai rien écrit. Ni vendredi, ni samedi. Pas plus que je n’ai lu. Même pas une ligne dans un livre. Peut-être quelques textes, ici et là, sur le net. Cela m’a d’ailleurs demandé un effort conséquent. Je n’ai pas plus fait le ménage. Ou le minimum. Le strict minimum.  Jeudi soir, après une grosse réunion qui m’a demandé de l’énergie et de renoncer à me coucher à mon mon heure habituelle, j’ai senti s’installer une belle aura, qui réunissait presque l’ensemble des symptômes neurologiques qui que je peux éprouver dans ces... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 11:28 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 septembre 2019

Rétablir et tenir ses comptes

Partons d’un exemple simple, qui parle à tous et s’applique à peu près à tout le monde: l’argent.  Imaginons une rentrée d’argent exceptionnelle, grosse ou modeste. Après un manque, peut-être. Après des années de manque.  Tu reçois cet argent et tu as tant d’envies et de besoins inassouvis que tu le dépenses. Sans compter. Compulsivement. Enfin, tu vis! Enfin, tu te sens libre de répondre à tes désirs. Tu peux te le permettre. Qui t’envoie empêcherait?  Tant que l’argent est là, tu le dépenses. Et tu es si heureuse... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 16:21 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
14 septembre 2019

Ma manière de remonter

Après plusieurs jours de tourments plutôt infondés, j’exulte à nouveau.  Rien n’est vraiment sérieux, après tout.  Je garde en tête que les « épreuves » de mon enfance et de mon adolescence m’ont faite telle que je suis. Et j’en suis bien heureuse. D’être ce que je suis.  Ainsi, rien ne m’atteint vraiment en profondeur, je dirais. Rien n’est tout à fait sérieux. J’ai appris. Ou je suis conditionnée. Peut-être.  Et mes amies me moquent gentiment. Je serais froide, et peu apte à consoler surtout, ni à... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 19:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]