Casser la routine écrasante. 

Non, je corrige: casser la routine afin qu’elle ne devienne jamais écrasante. Afin que je ne me sente jamais conditionnée, comme une machine, à toujours faire la même chose. Chaque week-end. Entourée toujours des mêmes gens, aux mêmes horaires.

Ça, se sont sont des choses qui me sont assez insupportables, les habitudes. 

Je tiens à certaines, évidemment. Rassurantes et reposantes. 

Mais j’aime aussi les contraindre. Partir et prendre du recul sur ce qui fait ma vie d’ordinaire, et ainsi m’interroger, en altitude: telle habitude est-elle devenue un automatisme (donc morne, dénuée de sens, ne m’apportant rien) ou vaut-elle la peine que je la perpétue encore ? 

Évidemment, pour aimer partir, il faut que cet ailleurs me soit un apport :

conversations passionnantes, personnes intéressantes, dynamisme et vigueur qui me permettent d’affirmer que je n’ai pas perdu mon temps. 

Quand j’ai profité tout ça, je retourne à mes habitudes. J’en modifie certaines a l’occasion. Je rentre fatiguée mais riche d’un autre univers, duquel j’ai puisé ce que j’ai voulu.