23 mai 2020

De l’amélioration de soi

À l’heure où fleurissent les livres de développement personnel et où des sortes de coachs en développement de soi pullulent (hier encore, j’ai vu qu’une ancienne camarade de collège s’était reconvertie en « coach pour les femmes », qu’elle promet d’accompagner, dans une quête de sens, vers le bien être et l’épanouissement), j’ai voulu m’interroger sur ce cheminement vers un autre « moi ».  Je me demande bien comment l’on peut songer à pousser la porte d’un tel cabinet avec l’espoir qu’une autre personne sache... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 11:18 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

22 avril 2020

Une femme desendoctrinée

Que serait donc la femme à qui on n’aurait jamais inculqué de morale, de bienséance, que l’on n’aurait pas dénaturée dès l’enfance de clichés et d’histoires d’amour romantiques? Que serait cette femme que l’on aurait pas protégée mal à propos, lui faisant croire que sa vie durant, elle aurait grand besoin de protection, étant femme ? Que serait-elle sans l’exemple dominant  de la mère, de la femme domestique qui apporte au foyer, et dont l’unique fierté est le bon ordre et le bonheur apparent de la famille qu’elle a... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 16:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 avril 2020

Du masque grand public

Sur les réseaux sociaux, j’ai vu quelques annonces de couturières, qui mettent à profit leur savoir-faire pour fabriquer des masques « grand public », parfois à motifs imprimés, voire personnalisables. Elles sont sérieuses pour le plupart, utilisant le modèle AFNOR, donc se soumettent à des normes ou du moins à des recommandations. Je n’ai rien de mal à penser de cela. Ce sont des femmes que l’on a privées de leur travail par le confinement et ces masque leur permettent de  « vivre » de leur savoir-faire... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 10:09 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
13 avril 2020

Les oubliés

J’ai trouvé dans ma boîte mail un courrier provenant d’un syndicat intitulé : « La protection de l’enfance, grande oubliée de la pandémie ». La lettre traitait logiquement des difficultés rencontrées par les familles d’accueil confinées avec les enfants qu’elles accueillent, et comme réquisitionnées « de force » par l’Etat, ainsi que celles rencontrées par les éducateurs de foyers, qui passent huit heures par jour avec des jeunes fragiles psychologiquement et que l’on empêche de sortir. De vraies bombes à... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 00:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 avril 2020

La dictature du sentiment

Je réalise de plus en plus à quel point avoir un échange profond et sincère avec autrui est devenu quasiment impossible. Les conversations n’apportent plus rien, elles ne sont que des répétitions infinies de tout ce qui est déjà dit ou pensé. Il n’y a plus de débats d’idées mais des récitations du connu, du certain, du confortable et du commun. Même converser « vraiment » avec mes amies m’est devenu chose impossible. Au mieux, nous badinons. Sinon, elles débitent leurs proverbes et médisances et j’écoute en loin avec... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 09:58 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 janvier 2020

De l’impossibilité d’être aimé

Cette réflexion m’est venue à la suite de conversations au sujet de l’amour. J’ai cherché autour de moi, interrogeant mes proches,  les raisons pour lesquelles ils aimaient. Les réponses m’ont parues si insignifiantes, si vides de sens, qu’elles m’ont amenée à y réfléchir par moi-même. Il m’a semblé que plus personne ne pouvait dire au juste pourquoi il aimait, sauf énoncer des banalités et qualités que tout le monde possède s’il en fait l’effort (minime). Pourquoi est-on aimé? Sur quels critères l’autre prétend-il nous... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 18:51 - - Commentaires [53] - Permalien [#]

23 janvier 2020

Individualité

(Texte 3 de mon marathon d'écriture).  Elle avance d’un pas décidé, entourée de vigiles et huée par une foule qui se sent puissante et légitime à l’insulter parce que massive.  Elle continue sa route et gagne enfin sa cabine. Elle conduira le métro, aujourd’hui. Quoi qu’il lui en coûte, et malgré cette majorité indignée et vociférante.  Peu m’importent ses raisons et convictions, financières ou idéologiques. La briseuse de grève montre qu’elle est quelqu’un.  C’est si facile de se ranger du côté de la majorité,... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 10:17 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
21 janvier 2020

L’expérience

(Texte 2 de mon marathon d'écriture. et désolée pour l'impossibilité temporaire de commenter. Cela m'agace mais on n'y peut rien visiblement).  Voici plus d’une décennie que je lis Alain, et à l’époque, j’y lisais cette expression sans bien la comprendre. Je m’en faisais une représentation mentale erronée, logiquement. C’est qu’il faut faire l’expérience d’une idée pour mieux l’entendre, pour s’imprégner des mots qui la désignent. L’imagination ne suffit pas toujours à s’approprier chaque terme.  En loin, je me figurais un... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 12:54 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
17 janvier 2020

Sommes-nous ce que nous faisons ?

J’ai lu un échange de commentaires récemment sur un blog, où était discutée la similitude entre le faire et l’être.  Nos actes sont-ils toujours conformes à nos êtres profonds, c’est à dire à ce que nous sommes réellement? La concordance entre nos pensées et nos agissements est-elle automatique?  Peut-on se repentir d’un acte sans se repentir de ce que l’on est?  Il est tout à fait noble de vouloir « L’unicité de soi », c’est à dire de se vouloir intègre au point de n’agir que conformément à ses opinions et... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 08:59 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
30 décembre 2019

L’affaire Matzneff

Je n’entends et ne lis que cette polémique (qui n’en n’est même pas une puisque tout le monde s’offusque d’une seule voix) qu’a déclenché ce livre intitulé « le consentement », livre écrit par l’une des anciennes maîtresses de Matzneff - directrice d’une maison d’édition aujourd’hui- qui décrit l’emprise sexuelle que Matzneff avait sur elle alors qu’elle n’avait que quatorze ans, ainsi que le zèle qu’il a mis à l’attendre à la sortie du collège pour la « convaincre » et ensuite leurs nombreuses heures passées avec... [Lire la suite]
Posté par valecrit à 11:43 - - Commentaires [44] - Permalien [#]